Hyundai Motors - Dz Wall

La banque islamique Al Salam Bank propose des crédits halal pour l’acquisition des véhicules fabriqués localement de marque Kia (Picanto, Rio, Sportage), Volkswagen (Caddy), Seat (Ibiza), et des modéles Hyundai (Tucson, Santa Fé, Elantra), avec une disponibilité immédiate, et ce dans la limite du stock disponible.

Omar Rebrab, le PDG de Hyundai Motors Algérie (filiale de Cevital), affirme devoir licencier pas moins de 1 500 personnes. « Nous allons nous séparer de 1 500 employés, soit 85% de notre personnel, avant la fin du mois », déclare-t-il. Et cela à cause de la limitation de l’importation de véhicules imposée par le gouvernement.

Hyundai Motors Algérie a eu un quota d’importation de 3 140 véhicules, avec un plafond de 30,1 millions de dollars. Un volume qui est d'habitude réalisé en un mois, et qui par conséquence entraine le licenciment de 1 500 personnes qui se retrouveront donc sans ressources avant le mois sacré du Ramadan.

Le représentant de la marque coréenne n’est pas le seul concessionnaire touché par la réduction drastique des importations de véhicules. Omar Rebrab estime à 30 000 le nombre d’emplois détruits cette année dans le secteur automobile, en raison de la crise qui persiste.

Et d'aprés TSA, le dirigeant d’Elsecom (Ford et Suzuki) est dans la même situation. Il affirme devoir également supprimer près de 200 emplois.