Galaxy Tab - Dz Wall

Après une très bonne Galaxy Tab S, on était rassuré de voir enfin Samsung briller aussi bien sur les tablettes haut de gamme que sur les smartphones. La Galaxy Tab S2 vient confirmer la tendance. Adoptant un nouveau format plus proche de l'iPad, et un design qui monte en gamme, la suite de la meilleure tablette Android est-elle toujours digne de ce titre ? C'est en tous cas une des plus agréables à utiliser.

Design et ergonomie : finesse et format 4/3

Depuis la première Galaxy Tab, Samsung a fait le pari comme la plupart des constructeurs de tablette Android, de l'écran 16 :9e ou 16 :10e alors que l'iPad restait fidèle à son 4/3 . Un écran large, c'est forcément très bien pour de la lecture vidéo. Mais une tablette, ça s'utilise autant pour les films que pour la lecture, et aussi bien en mode portrait qu'en mode paysage.

Le 4/3 est un peu moins pertinent pour la vidéo, mais plus polyvalent, en termes d'usage et d'orientation, et on salue le changement : Samsung se cale enfin sur le format iPad, comme d'autres tablettes Android récentes (Nexus 9, Nokia N1...) Quelle que soit l'origine de ce revirement, il est le bienvenu, même si on préférait peut-être encore le 3/2 de la Surface 3.

Samsung en a aussi profité pour revoir à la hausse la qualité de fabrication de sa tablette. La première Tab S était plutôt réussie sur ce point, mais conservait ce côté un peu « cheap » des Galaxy Tab, notamment le dos façon Galaxy S5, pas franchement ce qu'ils ont fait de mieux. On aurait pu penser que la Tab S2 se baserait sur les matériaux des récents Galaxy S6, mais c'est du côté de la série Galaxy A que le constructeur a puisé son inspiration. On retrouve un dos en plastique mat et une bordure en aluminium biseautée.

On ne peut pas vraiment dire que le design brille par son originalité, mais la finition est de très bonne qualité, le design, élégant et discret, et la tablette réussit à être encore plus fine et légère qu'un iPad Air 2, pour égaler (voire surpasser en finesse) la Xperia Z4 Tablet de Sony. Seule concession : les deux petites pressions pour accueillir une housse. Les aimants, c'est quand même mieux.

Composants : une fiche technique correcte

À l'intérieur de la Galaxy Tab S2, on ne trouve pas le tout dernier cri côté processeur, puisque c'est un Exynos 7 Octa 5433 qui équipe la tablette. Cette puce composée de quatre cœurs A57 à 1,9 GHz et quatre cœurs A53 à 1,3 GHz figurait notamment dans la version asiatique du Galaxy Note 4. On aurait évidemment préféré le Exynos 7420 des derniers Galaxy S6 mais le SoC reste suffisant pour garantir de bonnes performances.

L'écran change de format, pas de technologie : c'est toujours du Super AMOLED, avec un rendu très saturé qu'on peut adapter en passant par les paramètres. C'est vrai que le premier lancement d'applications comme YouTube ou Google Play Films, à dominante rouge, saute carrément aux yeux avec le réglage par défaut. La définition est celle d'un iPad Air : 2 048 x 1 536. La Sony Xperia Z4 Tablet fait encore mieux côté densité de pixels, mais une résolution de 264 ppp est largement suffisante à la distance d'utilisation d'une tablette, et on apprécie le fait que l'écran soit laminé, sans espace entre les pixels et le verre.

Alors que le prix de la Galaxy Tab S2 se calque également sur ceux pratiqués par Apple, on est ravi de trouver 32 Go en standard, qu'on peut étendre via le slot microSD, car sur ses tablettes, Samsung arrive encore à y glisser un tiroir. Bon point pour les 3 Go de mémoire vive.

Comme les derniers Galaxy S6, la Galaxy Tab S2 intègre un capteur d'empreinte digitale au sein du bouton Home. Son implémentation n'a pas grand-chose à envier au TouchID d'Apple : la détection est instantanée, et les erreurs lors de nos tests étaient assez rares pour l'utiliser de manière fiable pour le déverrouillage.

La tablette est disponible en version Wi-Fi (compatible b, g, n et ac) ou 4G, et intègre une prise en charge Bluetooth 4.1.

Côté batterie, on est un tout petit peu en dessous de la Xperia Z4 Tablet, mais à 5870 mAh, on est visiblement dans une bonne moyenne.

À l'usage : une expérience confortable

Il n'y a pas grand-chose à dire sur l'usage de la Galaxy Tab S2 : elle fait tout simplement bien ce qu'une bonne tablette est censée faire. L'écran est parfaitement lisible, un peu trop saturé toutefois avec le réglage par défaut, l'interface est fluide et réactive dans l'ensemble, et l'écosystème d'applications Android optimisées tablette est désormais assez complet, notamment en bureautique avec l'arrivée de la suite Office.

Et justement, partenariat avec Microsoft oblige, Word, Excel, PowerPoint et OneNote sont préinstallés. C'est une bonne chose, en revanche, on aimerait aussi pouvoir les désinstaller, ce qui est impossible. Évidemment, on trouve toujours une quantité non négligeable d'applications Samsung, qui font parfois doublon avec celles de Google.

Parmi les points positifs de la ROM Touchwiz, car il y en a, citons tout de même le mode double fenêtre, qui a fait des petits depuis peu sur iOS (bien que la version iPad s'inspire plutôt du snap de Windows 8). Toujours sympa de pouvoir utiliser deux apps côte à côte, même si en l'absence de prise en charge officielle dans Android, ça reste limité à certaines applications (en nombre non négligeable aujourd'hui), et ça donne des résultats parfois bizarres.

Ainsi, dans Gmail, qui dispose d'un affichage en deux panneaux en mode paysage, on se retrouve avec une interface étriquée et inutilisable, au lieu de basculer l'affichage en portrait : eh oui, l'application croit toujours qu'elle est en paysage ! A présent que même iOS s'y est mis, il serait vraiment temps que Google se penche sur une vraie prise en charge officielle de l'écran splitté au niveau du système. En attendant, malgré ces quelques cas, quand ça marche, la fonctionnalité demeure appréciable.

Le format de la tablette nous a paru vraiment plus polyvalent que l'écran large des versions précédentes, avec tout de même deux bémols. Forcément, la lecture de n'importe quelle vidéo 16/9e va être accompagnée de bandes noires imposantes, et surtout, les bords latéraux sont étroits, ce qui ne serait pas un problème s'il n'était pas aussi facile d'activer la couche tactile par erreur lorsqu'on tient la tablette en mode portrait.

On regrette aussi l'absence d'enceintes stéréo en façade : Samsung s'est calqué sur Apple et ses deux haut-parleurs gauche et droit sur le bord inférieur. Sachant qu'on va surtout utiliser le son interne pour jouer ou regarder une vidéo sans casque, on préfère l'option Sony ou HTC.

Photos

Pour les adeptes de l'usage photo d'une tablette, la Galaxy Tab S2 s'en tire correctement. On ne s'extasiera pas sur les détails des images produites : les performances sont dignes d'un bon milieu de gamme avec des textures tout de même assez lissées, mais les couleurs sont plutôt bien rendues, et les photos relativement homogènes.

Le même constat se vérifie sur la webcam : pas mal de bruit, mais des couleurs assez flatteuses. La tablette ne produira pas les meilleurs selfies au monde, mais pour un usage avec Skype ou Hangouts, la qualité est suffisante.

Performances

Comme prévu, la Galaxy Tab S2 affiche de bonnes performances, mais un peu en dessous de la concurrence. Le Snapdragon 810 qui équipe la Sony Xperia Z4 Tablet fait mieux sur la partie GPU. On note des écarts assez importants, de l'ordre de 20 FPS entre les deux tablettes sous GFX Bench entre 10 et 15 FPS. À titre de comparaison, même si l'OS n'est pas le même, l'iPad Air 2 distance encore les deux tablettes d'une tête, dépassant les 70 FPS sur le test T Rex, et atteignant un bon 36 FPS sur Manhattan, plus exigeant (Open GL ES 3.0).

Sur Epic Citadel, qui utilise le Unreal Engine, le constat est renforcé par un throttling visible : on passe de 46 FPS sur la première exécution à 32 FPS sur le second. La tablette de Sony, elle, reste stable sur les trois mesures, autour de 57 images par seconde.

L'écart est moins important sur 3D Mark, en tous cas sur le test Ice Storm (Open GL ES 2.0). En revanche, il se creuse à nouveau sur le nouveau test Slingshot (Open GL ES 3.0).

La partie processeur s'en tire nettement mieux : Geekbench affiche des performances multicœurs semblables à celles de la Z4 et en léger retrait par rapport à l'iPad Air 2.

En pratique, la tablette se débrouille assez bien dans les jeux, mais l'écart se vérifie : un titre comme Asphalt 8 est non seulement plus fluide sur la Z4 Tablet, mais bénéficie d'un aliasing moins visible et d'effets absents sur la Galaxy Tab S2. Samsung fait ici les frais de la fragmentation qui pousse les développeurs à optimiser leurs titres pour certains SoC au détriment d'autres.

Autonomie

On ne se faisait pas trop de souci quant à l'autonomie de la Galaxy Tab S2, et on avait raison : sans battre des records d'endurance, elle tient facilement sa dizaine d'heures, une performance semblable aux principales concurrentes.

Avec le test d'autonomie de PC Mark, qui simule un usage équilibré (surf, bureautique, lecture vidéo et retouche photo), le test se termine au bout de 6 h et 36 minutes avec écran allumé en permanence, et réglé à 200 Cd. Dans des conditions moins intensives au niveau de l'affichage, on peut donc tout à fait envisager de tenir la distance sans avoir à chercher son chargeur au plus vite.