banque - Dz Wall

La banque islamique Al Salam Bank propose des crédits halal pour l’acquisition des véhicules fabriqués localement de marque Kia (Picanto, Rio, Sportage), Volkswagen (Caddy), Seat (Ibiza), et des modéles Hyundai (Tucson, Santa Fé, Elantra), avec une disponibilité immédiate, et ce dans la limite du stock disponible.

Les voyageurs à destination ou au départ de l’Algérie sont désormais soumis à la déclaration d’importation et d’exportation de devises, selon un règlement de la Banque d’Algérie publié au dernier Journal Officiel.

Déclaration à partir de 1000 euros

L’article 3 dudit règlement fixe un seuil de 1000 euros pour la déclaration de devises, que ce soit à l’importation ou à l’exportation. « Les voyageurs [résidents ou non-résidents] sont soumis à l’obligation de déclarer auprès du bureau des douanes, à l’entrée et à la sortie du territoire national, les billets de banque et/ou tout instrument négociable libellé en monnaies étrangères librement convertibles, qu’ils importent ou exportent et dont le montant est supérieur ou égal à l’équivalent de mille (1000) euros », stipule la Banque d’Algérie.

Cela dit, l’importation de ces devises « est autorisée sans limitation de montant, sous réserve de satisfaire à l’obligation de déclaration », pour les montants à partir de 1000 euros, précise la même source. Comprendre : tout voyageur peut importer autant de devises qu’il le souhaite, à condition de déclarer les montants supérieurs à 1000 euros.

Un maximum de 7500 euros

Pour les détenteurs de compte en devise ouverts en Algérie, les voyageurs peuvent exporter « un montant maximum de 7500 euros » par voyage, indique la Banque d’Algérie.

Cela dit, pour les non-résidents en particulier, l’article 4 du règlement indique qu’ils peuvent « exporter les [moyens de paiement en devise] importés et non utilisés en Algérie, sur présentation au bureau des douanes, du formulaire de déclaration d’importation visé par un guichet de la Banque d’Algérie, un guichet d’une banque intermédiaire agréée et/ou un bureau de change constatant les opérations de change effectuées durant leur séjour en Algérie ».

En d’autres termes, un visiteur étranger qui repart d’Algérie sans avoir utilisé la totalité des devises importées avec lui, peut les faire ressortir, à condition de les avoir déclarées à son entrée.